Le luxe de l’understatement

Le luxe de l’understatement

Sibylle Hahner | 6 avril 2018 | Cuisine

Si l’on voit fleurir bon nombre de ces boutiques-hôtels, ils sont cependant peu nombreux à pouvoir se prévaloir d’une aussi longue tradition dans l’histoire de la gastronomie et de l‘hôtellerie. En plein cœur du centre de la vieille ville de Zurich, l‘«Hôtel Marktgasse» veille depuis maintenant deux ans à satisfaire ses hôtes et une certaine idée du luxe.

C’est à l’investisseur Beat Curti, très attaché au quartier de Niederdorf, que l’on doit l’impulsion initiale de ce projet. Propriétaire du bien, il a permis la transformation des deux immeubles de la Marktgasse – à savoir le grand «Rothus» et le «Steinkeller», plus modeste – au prix d’une rénovation très conséquente et d’une restauration partielle. L’élégant Rothus, dont l’histoire mouvementée remonte jusqu’en 1291, serait l’une des premières auberges de la ville.

«Edgy with a brilliant sense of design.» Commentaire d’un testeur d’hôtel à l’hôtel Marktgasse. (Images et plans: Miller & Maranta, Ida14 by Karsten Schmidt, Ospena, Exploitant de l'hôtel)

«Edgy with a brilliant sense of design.» Commentaire d’un testeur d’hôtel à l’hôtel Marktgasse. (Images et plans: Miller & Maranta, Ida14 by Karsten Schmidt, Ospena, Exploitant de l'hôtel)

La façade actuelle avec ses grandes fenêtres à croisée et les deux salles d’apparat existantes datent de 1573, époque à laquelle de fastueux travaux de transformation purent être entrepris grâce à des subsides de la ville. Dès la fin des années 1930, Emil Bäggli, pionnier de la gastronomie, a permis d’assurer au Rothus un développement prospère en y associant restaurants et bars modernes ainsi que le dancing du «Palazzo». Entre les murs du Steinkeller, il fit la renommée de deux estaminets aujourd’hui légendaires, le «Tiefen Keller» et le «Stägefässli».


Vues des façades sud, est, nord. (Images et plans: Miller & Maranta, Ida14 by Karsten Schmidt, Ospena, Exploitant de l'hôtel)

Le projet «Hôtel Marktgasse» a vu le jour en 2013 sous la direction de Beat Curti et du groupe Ospena Group AG en qualité de gérant. L’élaboration du projet architectural a été confiée à Miller & Maranta de Bâle, bureau d’études qui a su se faire une réputation dans les travaux de transformation pour l’hôtellerie. Cette réaffectation en boutique-hôtel devait pouvoir se faire dans le respect global de ce précieux patrimoine bâti. L’intégration minutieuse des cages d’ascenseur et des salles de bain s’est imbriquée au millimètre dans la structure existante. Obéissant aux contraintes de la protection des monuments, la charte de couleurs et matériaux, toute en équilibre, a donné un nouveau souffle aux façades historiques.


Simplicité sophistiquée dans la salle de bain: des carreaux de mosaïque entièrement noirs et des motifs en noir et blanc surprennent les clients de l’hôtel. (Images et plans: Miller & Maranta, Ida14 by Karsten Schmidt, Ospena, Exploitant de l'hôtel)

Le projet d’aménagement des nouveaux espaces intérieurs de l’hôtel a été mis au concours et finalement développé par le bureau Creative Design Consultants Kessler & Kessler, qui a, en partie, fait adapter les plans de base des architectes au cours de la phase de mise au point. Suite à la cession de l’Ospena au groupe Migros, le studio de design et d’architecture zurichois «Ida14» a finalement poursuivi et réalisé, fin 2014, les travaux d’aménagement intérieur. «The hotel is edgy with a brilliant sense of design and a cool bar .» Voici le genre de commentaires qu’ont pu laisser les clients, surtout sur les comptes instagram de quelques leaders d’opinion venus des contrées scandinaves. Après avoir profité d’un week-end sponsorisé dans l’hôtel, ces derniers ont posté leurs avis enthousiastes, séduits par l’Hotel Marktgasse où se côtoient environnement historique, minimalisme et confort douillet. Le patrimoine bâti des deux immeubles inscrits aux monuments historiques a fait l’objet d’immenses précautions, pour laisser apparaître les traces historiques, au nombre desquelles figurent de précieux fragments de peintures murales et des montants de fenêtre datant du XVIe siècle. Poêles en faïence, ornements de stuc ou murs lambrissés témoignent du passé plus récent des immeubles.


Vue dans le salon de l’hôtel sur la mezzanine: des rééditions exclusives des lampadaires de Serge Mouille sont combinées avec des meubles italiens aérés de Tacchini. (Images et plans: Miller & Maranta, Ida14 by Karsten Schmidt, Ospena, Exploitant de l'hôtel)

L’amour du détail
«Ida14» n’a pas regardé à la dépense et a paré la vieille pierre d’une foule de détails artisanaux. Les plans des 39 chambres et suites ont tous été spécifiquement adaptés au patrimoine bâti existant des deux immeubles surélevés et rassemblés. Les profils de fenêtre en filigranes et les parquets reproduits à l’identique s’associent aux objets et aux meubles d’exception de marques renommées à l’international pour conférer à l’ensemble le charme irrésistible des vieilles bâtisses de caractère. Particulièrement vastes, les nouvelles salles de bain tendent au minimalisme avec leurs carreaux de mosaïque entièrement noirs, leurs motifs en noir et blanc et leurs robinetteries de la marque Dornbracht.


La générosité dans la suite junior: des meubles en bois scandinave et faits sur mesure par rapport au pilier en pierre historique donnent du charme aux vieux bâtiments élégants. (Images et plans: Miller & Maranta, Ida14 by Karsten Schmidt, Ospena, Exploitant de l'hôtel)

«Ida14» a accordé une attention particulière à la création d’un éclairage équilibré dans les différentes pièces. Quelques rééditions exclusives des classiques de Serge Mouille et autres luminaires du fabricant italien «viabizzuno» accentuent les jeux de lumière dans la bibliothèque et au salon. Dans les chambres, cette fois, les appliques de la marque française «Lampe Gras» instillent une touche de charme industriel qui n’avait pas échappé à Le Corbusier, lui-même. Les hôtes ont aussi été séduits par les petits détails attentionnés, telles que les fontaines à eau, à tous les étages. Pour bouquiner un moment, on trouvera, à l’entresol, un salon et une bibliothèque conséquente dont les rayonnages au rouge particulier ont été garnis de livres provenant du Cabaret Voltaire voisin. C’est au rez-de-chaussée qu’il faut chercher l’espace des plaisirs culinaires. Le «Baltho», avec son bar et son restaurant, occupe aujourd’hui les lieux où se dressaient jadis la scène et la grande salle du cabaret et du café-concert.


Un coup d’œil sur le restaurant Baltho: l’ambiance digne est soulignée par les lustres candélabres conçus par Arik Levy. (Fabricant Vibia, modèle Wireflow). (Images et plans: Miller & Maranta, Ida14 by Karsten Schmidt, Ospena, Exploitant de l'hôtel)

Emplacement: Marktgasse 17, 8001 Zürich
Maître d’ouvrage: Alt-Züri Immobilien AG, Giswil
Architecture: Miller & Maranta, Basel
Architecture intérieure: Kessler & Kessler / Ida 14 by Karsten Schmidt
Réalisation: 2013 - 2015
Coût total: CHF 34,3 Mio

Articles les plus récents

15. Oktober 2018 | Branchennews

Assainir un immeuble à un coût avantageux

Lors de la construction de nouveaux logements individuels ou...

Assainir un immeuble à un coût avantageux

15. Oktober 2018 | Branchennews

Simplifier la gestion des droits d'accès

Avec «KESO Integra», ASSA ABLOY (Suisse) SA ouvre une nouvel...

Simplifier la gestion des droits d'accès

8 octobre 2018 | Savoir spécialisé

Informations de base en matière de peintures ...

Les systèmes de peintures intumescentes sont des peintures l...

Informations de base en matière de peintures ...

4. Oktober 2018 | Branchennews

Modules de construction de A - Z – disponible...

Qu’il s’agisse de garer votre véhicule ou de mettre à l’abri...

Modules de construction de A - Z – disponible...
 
Copyright © 2001-2018 Docu Media Suisse Sàrl

Le luxe de l’understatement