Interview avec Dewi Schönbeck

Interview avec Dewi Schönbeck

Katharina Weber | 16 juillet 2018 | Scène

L’architecte Dewi Schönbeck, directrice du CSMM, parle d’espaces ouverts, d’environnements de travail sans limites et de son propre lieu de travail. Madame, vous concevez des paysages de bureaux pour de grandes entreprises telles que Siemens, Allianz et Sony. À quoi ressemblent-ils?
Les entreprises veulent généralement créer un lieu innovant. Allianz, par exemple, voulait réaliser un environnement en mesure de promouvoir l’innovation et la création de nouvelles idées de produits. Une tâche particulièrement exigeante, car l’équipe de planification était censée représenter un «Customer Journey» (parcours client) dans la pièce. C’était un grand défi au niveau de la conception, et en plus, le temps était limité. Le résultat est la «Global Digital Factory», où des équipes internationales et interdisciplinaires sont connectés temporairement. Cela favorise les échanges créatifs.

Lieux de retraite ouverts: Le lieu de travail  de l’avenir sera continuellement sujet aux changements. (Photos: Christian Krinninger, Eva Jünger, Ortwin Klipp)

Lieux de retraite ouverts: Le lieu de travail de l’avenir sera continuellement sujet aux changements. (Photos: Christian Krinninger, Eva Jünger, Ortwin Klipp)

L’entreprise Rio avait complètement changé sa façon de travailler. Aujourd’hui, elle travaille entièrement selon la méthodologie Scrum, où il s’agit de développer le logiciel avec une grande rapidité et agilité. Les propriétés d’un sous-produit, définis sur la base des exigences des utilisateurs, sont développées au cours de sprints sur deux semaines. Cette étape est suivie d’un contrôle et d’un perfectionnement jusqu’au produit fini. C’est pourquoi les employés devaient avoir la possibilité de changer de poste de travail en fonction des différents processus et non plus travailler uniquement au sein d’un seul et même département.

Les bureaux ouverts ont longtemps été considérés comme un remède miracle pour développer la créativité, l’échange et l’efficacité. A juste titre?
Oui et non. Le terme bureau ouvert est quelque peu trompeur. La plupart des gens imaginent une seule grande pièce avec un grand nombre de postes de travail, les uns à côté des autres. Un tel environnement ne favorise ni les échanges ni la communication. Les espaces de travail ouverts modernes sont divisés en différentes zones. Ainsi, l’employé d’une agence de design s’assoit, par exemple, sur le canapé de la cafétéria pour faire des recherches, il travaille de manière concentrée lorsqu’il est à son poste de travail individuel et se retire dans une pièce fermée quand il doit téléphoner. Par conséquent, les termes bureaux paysagés, espaces de travail ou open space sont plus appropriés. S’ils sont bien conçus, ils ont vraiment un effet positif sur l’efficacité et la créativité des collaborateurs. Bien entendu, ces structures sont moins adaptées aux cabinets d’avocats ou à d’autres entreprises qui échangent des informations confidentielles. En général, chaque entreprise devrait de temps à autre vérifier si la situation de travail correspond effectivement au comportement des employés. Sinon, elle court le risque de rester dans des structures rigides.

Les entreprises utilisent de plus en plus l’automatisation numérique des bâtiments pour adapter l’espace de bureau à l’utilisateur individuel. Que pensez-vous de cette évolution?
Techniquement parlant, cela offre de grandes possibilités. Si, par exemple, les données d’utilisation de l’espace sont enregistrées, il est possible de réduire considérablement la consommation d’énergie et de ressources. Quand, par exemple, une salle de réunion demeure inoccupée pendant toute une journée, elle ne devra être ni nettoyée, ni chauffée, ni refroidie. Cependant, de nombreux employés sont plutôt sceptiques à l’égard de cette technologie. La sensibilisation à la protection des données est élevée en Europe, et de nombreuses personnes craignent d’être surveillées par leur employeur. La majorité des personnes s’opposent à une telle surveillance, même si un réglage automatique et personnalisé de l’éclairage ou de la chaise les tenterait. Cependant, les applications anonymisées sont sans aucun doute une bonne chose. Pour éclairer une salle de réunion, le système doit seulement savoir qu’elle est réservée, et non par qui.

Actuellement, les espaces de coworking réservés aux femmes, comme «The Wing», sont très en vogue aux Etats-Unis. En Suisse aussi on en trouve aujourd’hui. Qu’en pensez-vous ?
Personnellement, je préfère toujours un environnement mixte, mais je comprends très bien d’où vient cette forte demande pour «The Wing». Le bureau standard pour tous n’est plus souhaité; au contraire, les groupes d’intérêt recherchent des postes de travail adaptés à leurs besoins individuels. Ainsi, on trouve aujourd’hui des espaces de coworking pour tout genre de groupe d’intérêt, pour les personnes créatives ou les professionnels de l’informatique et les start-ups. Il est donc évident qu’il y en a aussi pour les femmes avec leurs besoins spécifiques.

   
  • Malgré sa structure ouverte, la «Global Digital Factory» est divisée en zones clairement définies. (Photos: Christian Krinninger, Eva Jünger, Ortwin Klipp)

    Malgré sa structure ouverte, la «Global Digital Factory» est divisée en zones clairement définies. (Photos: Christian Krinninger, Eva Jünger, Ortwin Klipp)
  • Avec la «Digital Factory», Allianz dispose d’un environnement de travail optimal pour le développement de ses produits. (Photos: Christian Krinninger, Eva Jünger, Ortwin Klipp)

    Avec la «Digital Factory», Allianz dispose d’un environnement de travail optimal pour le développement de ses produits.  (Photos: Christian Krinninger, Eva Jünger, Ortwin Klipp)
  • En fonction de leur tâche et de leur humeur, les employés ont diverses possibilités de se retirer. (Photos: Christian Krinninger, Eva Jünger, Ortwin Klipp)

    En fonction de leur tâche et de leur humeur, les employés ont diverses possibilités de se retirer. (Photos: Christian Krinninger, Eva Jünger, Ortwin Klipp)
  • Siemens mise également sur les espaces ouverts. Le design favorise consciemment l’échange et la communication. (Photos: Christian Krinninger, Eva Jünger, Ortwin Klipp)

    Siemens mise également sur les espaces ouverts. Le design favorise consciemment l’échange et la communication.  (Photos: Christian Krinninger, Eva Jünger, Ortwin Klipp)
À quoi ressemblera le lieu de travail de rêve de l’avenir?
Toujours différent. Parce qu’un lieu de travail où vous vous rendez quotidiennement, et ce pendant des années, n’existera probablement plus à l’avenir. Ce que les nomades numériques pratiquent déjà aujourd’hui, à savoir le travail indépendant du lieu et le travail multilocal, prévaudra. Les employés recherchent la liberté individuelle de conception et le changement, le bureau leur sert de plateforme pour des échanges professionnels et des contacts sociaux en face à face. Car, dans le monde du travail numérique illimité, on peut travailler à tout moment, et de presque n’importe où.

Et votre propre poste de travail chez CSMM?
Normalement, il n’est pas occupé parce que je voyage beaucoup (rires). Nous travaillons dans un bureau paysager ouvert. Chaque employé dispose de son propre poste de travail fixe, à un long banc ouvert. Les différentes «stations de travail» se composent de quatre à huit postes de travail. Au milieu, une grande surface ouverte permet de monter un écran pour les conférences. C’est ce que nous faisons tous les vendredis à l’occasion de ce qu’on appelle le lunch & learn (déjeuners-conférences). Il y a aussi un petit coin bibliothèque, quatre salles de réunion différentes, un long comptoir de cuisine avec un grand tableau noir derrière.

Qu’est-ce que vous déconseillez aux jeunes architectes lors de la conception d’immeubles de bureaux?

Beaucoup de jeunes collègues se concentrent sur la conception purement formelle des immeubles de bureaux. Cependant, les différents scénarios d’utilisation, la flexibilité et les fonctionnalités techniques telles que la climatisation ou la protection solaire doivent être pris en compte dès le début de la conception. C’est la seule façon de créer des bâtiments sophistiqués qui seront acceptés durablement par l’utilisateur.

Madame, merci beaucoup pour l’interview.

Dewi Schönbeck

L’architecte Dewi Schönbeck, directrice de CSMM GmbH, se consacre aux mondes de travail de l’avenir. Elle développe des concepts innovants et sur mesure pour les investisseurs et les utilisateurs de bureaux. Dewi Schönbeck a fait des études en architecture à l’Université de Stuttgart et à l’Université de Sydney. Dernièrement, elle a enseigné en tant que Associate Professor Environmental Design au Art Center College of Design à Pasadena, en Californie. Son travail a été récompensé par le Bund Deutscher Architekten, à la Biennale de Venise et par le IF Design Award. Après avoir travaillé pour HENN Architekten, BMW Designworks et Bauwerk Capital, Dewi Schönbeck a rejoint CSMM en 2016. Dewi Schönbeck conseille et accompagne les locataires et les propriétaires depuis la sélection des biens immobiliers jusqu’à la mise en place d’environnements de travail durables.

Le bureau d’études CSMM de Munich est spécialisé dans la conception d’immeubles de bureaux et d’environnements de travail. L’équipe interdisciplinaire de 50 personnes, composée d’architectes et de designers, conçoit, planifie et gère des projets de bureau en Suisse et à l’étranger et soutient ses clients dans les processus de gestion du changement.

Articles les plus récents

5. Dezember 2018 | Branchennews

Votre sol, signé Starck

Outre des objets du quotidien et des chaises ou fauteuils cr...

Votre sol, signé Starck

5. Dezember 2018 | Branchennews

Rénovation tour «Delftse Poort»

Là où se trouvait jadis l'ancienne porte de la ville de Rott...

Rénovation tour «Delftse Poort»

4. Dezember 2018 | Branchennews

Une innovation qui fait preuve de lucidité

Les structures gonflables éprouvées de la société HP Gasser ...

Une innovation qui fait preuve de lucidité

3. Dezember 2018 | Branchennews

Les carreaux en céramique résistants

Les carrelages sont vieux de plusieurs millénaires mais plus...

Les carreaux en céramique résistants
Copyright © 2001-2018 Docu Media Suisse Sàrl

Interview avec Dewi Schönbeck